PROTESTAS EN SANTIAGO DE CHILE SABADO 19 DE OCTUBRE

Le président Sebastián Piñera a annoncé samedi la suspension de la montée du taux du métro de Santiago, à l’origine de la violente éclosion sociale qui maintient la capitale chilienne dans le chaos.

“Je tiens à annoncer aujourd’hui que nous allons suspendre l’ascension des passages du métro”, a déclaré le président dans un message au palais présidentiel de La Moneda, à un moment où les manifestations se propageaient à divers endroits de Santiago.

En vertu de l’état d’urgence, les autorités ont décrété le couvre-feu à Santiago à partir de 22 heures. du samedi jusqu’à 7 heures Le dimanche

Des chars de l’armée et des troupes lourdement armées ont été déployés sur la Plaza Italia de Santiago, dans le centre-ville, pour faire face aux violentes manifestations qui ont éclaté vendredi après la hausse du prix du métro, passant de 800 à 830 pesos. vieilles revendications sociales, dans un pays à forte inégalité sociale.
Des dizaines de manifestants ont encerclé les chars et des photos gâchées de détenus ont disparu sous la dictature d’Augusto Pinochet (1973-1990).

“Nous sommes fatigués, c’était suffisant. Nous en avons assez de mettre notre doigt dans la bouche et que les politiciens fassent ce qu’ils veulent et vivent selon leur réalité”, a déclaré Javiera Alarcón, sociologue de 29 ans. ont protesté sur le devant du palais présidentiel, entouré par un fort contingent de police et le transit de chars militaires.

Toutefois, au moins cinq autobus de transport en commun ont été incendiés samedi dans le centre-ville de Santiago, ce qui a conduit la société à annoncer la suspension temporaire de l’ensemble du service, laissant ses sept millions d’habitants pratiquement sans tr…
Un wagon de métro et plusieurs stations ont de nouveau été attaqués en ce nouveau jour de colère. Au total, 78 stations ont été attaquées au cours des deux derniers jours, les manifestants exprimant leur colère.

“Je n’aime pas la violence ni tout casser, mais tout à coup, il faut que cela se produise pour qu’ils cessent de se moquer de nous et mettent notre doigt dans la bouche, tout en élevant tout sauf les salaires et tout pour que les riches de ce pays être plus riche “, explique Alejandra Ibánez, 38 ans, vendeuse de meubles à San Miguel. source Edmond Celadieu,  RADIO TELE RADICAL

Cerrar menú