Regardez ce qui s’est passé après la manifestation au Chili

Presque une semaine s’est écoulée depuis le début des manifestations à Santiago en raison de la montée des passages dans le métro, manifestations qui se sont développées dans tout le Chili, amenant le gouvernement à décréter un État d’exception qui subsiste jusqu’à aujourd’hui.

La violence déclenchée par les manifestations a entraîné la destruction de plus de 70 stations de métro, ainsi que de brûlures de supermarchés et de magasins et d’une centaine de destructions dans plusieurs zones du territoire national, remplissant les rues de déchets et de débris.

Heureusement, il existe des groupes de personnes qui se sont regroupés et organisés à Santiago et dans d’autres régions pour pouvoir collaborer au nettoyage de tous les déchets restants de ces manifestations et de ces excès. De cette façon, il a été possible de voir plusieurs citoyens munis de balais, balais, pelles et sacs souhaitant collaborer à cette tâche.

Un Chili: des jeunes unis pour le nettoyage

C’est le cas d’un groupe de jeunes qui se consacrent quotidiennement au nettoyage des rues de Santiago.

Tarek Giacaman, l’un de ses membres les plus actifs, nous a expliqué un peu plus sur cette organisation et ses débuts: «’ Un Solo Chile ’est né de la conjonction de nombreux projets citoyens; En termes très simples, plusieurs groupes WhatsApp ont été formés (aujourd’hui, il y a 6 groupes de 200/250 personnes) d’origines différentes. Nous nous sommes joints et coordonnés en nous voyant les visages les uns des autres ».
L’avocat de l’Université Adolfo Ibáñez, âgé de 25 ans, nous a confié avoir travaillé à Alameda, au Parque Bustamante, au Plaza Italia, en Floride, à Maipú, en plus de parcourir des lignes de métro complètes, telles que 4A et 5.

“Nous travaillons habituellement de 7h30 à 10h30, car les manifestations commencent et notre intention ne sera jamais d’empêcher que ces manifestations se produisent.” Un grand nombre de personnes qui nettoient les rues se retirent par la suite pour participer à des manifestations pacifiques, explique le jeune homme.

Tarek a également fait remarquer qu’il existe d’autres groupes dans la rue qui aident dans ce travail, tels que “Clean X Chile” ou “Rebuild Chile”. “Avec ces groupes, nous nous sommes articulés pour être présents dans tous les centres”, nous dit-il.

María Ignacia Gajardo, étudiante en quatrième année de génie civil industriel à la même université, nous a raconté son expérience: «Le dimanche 20 octobre, j’ai mis sur mon compte Instagram que ceux qui souhaitaient sortir Faire le ménage lundi me le fera savoir et beaucoup de gens étaient intéressés, surtout des jeunes », dit-elle. “J’ai fait un lien WTSP et les gens ont rejoint.”  Source d’information DG Edmond Celadieu, RADIO TELE RADICAL FM

Cerrar menú